Le POIGNET

Traumatismes,
arthrose, kystes,...

Les pathologies du poignet

Interventions et traitements

Syndrome du Canal carpien

Le canal carpien est un tunnel anatomique à l’intérieur duquel passent les tendons fléchisseurs des doigts et le nerf médian. Le nerf médian est composé de fibres sensitives et motrices pour la main et les doigts.

Le syndrome du canal carpien résulte de la compression de ce nerf au niveau du poignet. Cette compression entraîne des troubles de la sensibilité des quatre premiers doigts avec des fourmillements qui vont progressivement être remplacés par un engourdissement permanent.

L’électromyogramme est un examen qui permet de confirmer le diagnostic et de préciser l’atteinte nerveuse (débutante, modérée ou sévère).

En cas de lésion débutante ou modérée, un traitement médical pourra être proposé (port d’une attelle la nuit, infiltrations). En cas d’inefficacité de ce traitement, ou d’atteinte sévère, seul le traitement chirurgical permettra de soulager le nerf.

Plusieurs techniques de neurolyse (libération du nerf) existent. Le traitement classique à ciel ouvert, ou encore le traitement par voie endoscopique (à l’aide d’une caméra).

Votre chirurgien vous indiquera quel est le traitement le plus adapté à votre situation.

L’intervention se déroule sous anesthésie locorégionale, en ambulatoire.

La cicatrisation est obtenue en une quinzaine de jours. Le travail de rééducation par le patient.

Le travail est repris en général après 15 à 21 jours, et la conduite automobile est possible au 10éme jour.

Cal vicieux du poignet

Le cal vicieux du poignet est le résultat d’une consolidation de l’os de manière non anatomique. Il peut être consécutif à une fracture ou être congénital (apparu à la naissance).

Il entraîne une déformation du poignet. Cette déformation peut entraîner une gêne fonctionnelle à la mobilisation du poignet ou une douleur. Dans ce cas, une intervention est nécessaire. Il s’agit d’effectuer une ostéotomie (on recasse l’os) afin de le réaxer. Dans certains cas une greffe osseuse est nécessaire. Le prélèvement est souvent effectué au niveau du bassin. L’os est alors fixé avec du matériel (broches, plaques). Une immobilisation post opératoire est souvent nécessaire.

Instabilités du poignet ou « entorses »

Le poignet est constitué de l’extrémité des deux os de l’avant bras (radius et ulna) et de huit osselets du carpe. Ces os sont réunis par des ligaments. Ces derniers participent au bon fonctionnement de cette « articulation » en maintenant sa stabilité.

Au cours d’un traumatisme, ces ligaments peuvent être lésés. Si la lésion est minime, cela n’entraînera pas de séquelle particulière. On peur parler d’entorse bénigne. Par contre certaines lésions peuvent entrainer des séquelles irréversibles et évolutives pouvant aboutir à l’arthrose. Il est donc important de bien diagnostiquer ces lésions le plus tôt possible.

Les symptômes ressentis sont principalement une douleur, ou des sensations de claquement du poignet. Les atteintes bénignes sont bien soignées par une immobilisation et des antalgiques. En cas de lésions graves, un bilan arthroscopique peut être réalisé avec des traitements par voie arthroscopique ou à ciel ouvert en fonction de la lésion.

Votre chirurgien décidera en fonction de son examen clinique les examens à réaliser.

Kyste synovial

Le kyste synovial est une tuméfaction ou grosseur développée au niveau d’une articulation (poignet ou doigt). Cette masse est tendue, plus ou moins mobile et parfois douloureuse. Elle peut être volumineuse ou discrète, voire seulement visible avec des examens spécialisés (échographie, IRM ou scanner).

Cette grosseur est liée au développement dans la membrane qui tapisse l’articulation du poignet et des tendons fléchisseurs au niveau des doigts d’une tuméfaction remplie de liquide synovial produit par la membrane.

Ces kystes sont bénins. Ils peuvent être gênant ou douloureux.

Le traitement n’est pas toujours nécessaire. On peut effectuer une ponction (évacuation du liquide à l’aiguille) suivie d’une injection (corticoïdes) mais les récidives sont fréquentes.

Un geste chirurgical peut être proposé. Ceci se passe sous anesthésie locale ou locorégionale, en ambulatoire. Il s’agit d’exciser le kyste et sa base d’implantation.

Pseudarthrose du scaphoïde

Le scaphoïde fait partie des os du carpe. Il se situe au niveau du poignet, en dessous du radius. Il a la particularité d’avoir une très grande mobilité et d’être très vulnérable lors des traumatismes du poignet. Le mécanisme de fracture du scaphoïde est variable et survient lors de chute sur le poignet. Les fractures du scaphoïde doivent être recherchées avec insistance.

Lorsqu’elles sont traitées précocement, la consolidation est plus facilement obtenue.

En cas de non consolidation, on parle de pseudarthrose (absence de consolidation). Le traitement est plus difficile et aléatoire.

Il est nécessaire de reconstruire cet os, le plus souvent par une greffe osseuse. La greffe osseuse peut être prélevée au niveau du radius ou de l’os du bassin (crête iliaque). Du matériel de fixation peut être nécessaire (souvent des broches). La guérison de cet os se fait en plusieurs mois et une immobilisation peut être fréquente (2 à 3 mois).

Tendinite de Quervain

Il s’agit d’une inflammation de la gaine synoviale entourant les tendons longs abducteurs et courts extenseurs du pouce, qui chemine dans le même tunnel fibreux, au bord externe du poignet, au contact du radius.

Les douleurs peuvent apparaître à l’occasion d’un changement d’activité, d’un choc ou d’une utilisation inhabituelle. Il s’agit d’une irritation qui s’auto-entretient par les frottements des tendons.

Le traitement est avant tout médical, avec du repos, des antalgiques et anti-inflammatoires. Une attelle peut être portée afin de calmer les douleurs. En cas de persistance des troubles une infiltration peut être proposée.

Ce n’est qu’en cas d’échec du traitement médical, qu’une chirurgie peut être envisagée. Il s’agit de libérer les tendons (ténosynovectomie). Ceci est réalisé en ambulatoire, sous anesthésie locorégionale.

Après l’intervention, une immobilisation transitoire suivie d’une rééducation sont parfois nécessaires.

Canal carpien opéré par voie endoscopique

Informations aux patients

Fiche d'information générale

 Télécharger la fiche informative

Préventions & Recommandations

1

En cours de création

2

En cours de création

3

En cours de création